Julie et Quentin, road-tripers en Nouvelle-Zélande

Julie et Quentin, road-tripers en Nouvelle-Zélande

Julie et Quentin sont deux voyageurs en PVT, qui ont choisi de découvrir la Nouvelle-Zélande en van. Entre randonnées et  WWOOFing, ils partagent avec nous leur expérience néo-zélandaise.

Salut Julie et Quentin, pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Hello la team Frogs ! Nous sommes Julie et Quentin, tous deux 25 ans et originaires de la région lyonnaise. Quentin est kinésithérapeute depuis 2 ans et Julie a un master en communication et événementiel. Cela fait 5 ans que nous sommes ensemble et ce voyage nous a encore plus rapprochés. Vivre dans 8 m2, ça aide !

Comment vous êtes-vous retrouvés en Nouvelle-Zélande ?

Cela faisait quelques temps que nous parlions de partir pour une longue durée et découvrir un pays et sa culture en voyage itinérant mais finalement cela ne restait que des paroles et des rêves qui nous semblaient inatteignables. L’année dernière ce désir de partir nous est apparu comme une évidence et nous nous sommes décidés et avons décollé le 4 janvier 2015 pour 7 mois en Nouvelle-Zélande à la découverte de sa culture, ses paysages époustouflants et variés !

Parc-Abel-Tasman

Parc Abel Tasman, (île du sud de la Nouvelle-Zélande)

Le choix de la Nouvelle-Zélande s’est fait un peu par hasard. Nous voulions partir dans un pays anglo-saxon et le Canada et l’Australie ne nous attiraient pas plus que ça : l’un étant très restrictif au niveau des quotas d’entrée avec un PVT et l’autre un peu trop grand pour en faire le tour complet ! Ce n’est pourtant pas un pays dont on parlait beaucoup, peu reconnu à sa juste valeur et effacé par la popularité de l’Australie, et c’est bien dommage ! C’est en parcourant des blogs de pvtistes et des sites comme le vôtre que notre choix s’est porté tout naturellement ! Nous sommes de suite tombés amoureux des paysages variés et magnifiques de ce pays ! Et tant qu’à partir, autant aller à l’autre bout du monde !!

Comment se déroule le voyage ?

Le voyage se déroule très bien et pour l’instant sans encombres ! Nous avons commencé par l’île du sud pendant trois mois pendant les mois d’été et terminé avec l’île du nord pendant les mois plus frais. Nous avons alterné roadtrip et wwoofing (ou helpx) pour travailler un peu, rencontrer des locaux et faire une pause dans le roadtrip. Le wwoofing est vraiment un très bon moyen d’économiser car on est logé, nourri et blanchi contre de l’aide ou du travail (4 à 5 heures par jour en moyenne). Les sites sont très bien faits et les avis des autres voyageurs permettent de bien choisir son hôte !

Etant donné que nous savions que nous resterions 7 mois dans le pays, nous avons choisi de ne pas faire de travail rémunéré et de privilégier ce mode d’échange car cela nous semblait plus intéressant au niveau rencontre et culture et cela permet de varier les travaux. Par conséquent, nous avons fait très attention au budget en notant les dépenses quotidiennes mais tout en se faisant plaisir aussi !

Lake-Tekapo

Lake Tekapo, (île du sud de la Nouvelle-Zélande)

En ce qui concerne le roadtrip, nous avons voyagé avec un van Toyota Hiace et n’avons eu aucun problème à part deux pneus crevés C’est vrai que le véhicule est un stress car ce sont des frais que l’on ne peut pas prévoir et il faut aussi le revendre en partant mais pour une longue période il était plus rentable pour nous d’acheter que de louer ! Pour notre dernier mois, nous restons à Auckland en wwoofing le temps de pouvoir vendre notre compagnon de route.

Parlons Road-Trip, vous avez acheté un van, l’avez-vous équipé vous-même ? Comment avez-vous géré l’hébergement ?

Nous sommes arrivés le 6 janvier 2015 à Auckland et avons acheté notre van deux semaines après. Nous ne sommes pas tombés à la bonne période pour acheter un véhicule car c’est en plein été et les prix sont au plus haut ainsi que la demande qui est très forte. Nous devions presque nous battre pour acheter un van car la concurrence est très rude. Pour le van que nous avons acheté, cela a été un hasard car à la base nous devions en visiter un autre mais au moment d’y aller nous avions reçu un texto disant que celui-ci était déjà vendu. Un peu déçus nous sommes quand même allés au point de rendez-vous car nous savions qu’il y aurait d’autres vans et avons visité ce Toyota Hiace, nous n’étions d’ailleurs pas les seuls ! Même si c’était au-dessus de notre budget nous l’avons acheté car nous étions pressés de prendre la route ! Il était déjà tout équipé et prêt à partir !

Diamond-Lake-Track-à-Wanaka

Diamond Lake Track, à Wanaka (île du sud de la Nouvelle-Zélande)

Pour ce qui est des hébergements, nous avons beaucoup utilisé les applications mobiles qui permettent de trouver les campings gratuits ou payants en NZ. Nous avons privilégié au maximum les campings gratuits (et autorisés bien sûr) ou les campings du DOC puisque le but d’avoir un van et de pouvoir dormir où l’on veut et à moindre frais. Dans certaines régions comme par exemple celle de Wanaka ou Rotorua ce n’est pas possible malheureusement et il faut payer un camping. En tout cas, nous avons toujours respecté la législation concernant le free camping. Au final, on s’habitue très bien à la vie en van, on prend vite ses marques et le tout c’est d’être bien organisé !

Un coup de cœur ? Peut-être un coup de foudre ?

Oh oui et il est très difficile pour nous d’en choisir un seul ! Nous avons adoré l’île du sud en général, qui est magnifique dans sa globalité, sauvage et si calme. Nous dirions que nous avons eu plein de petits coups de cœur comme le Tongariro National Park et son paysage lunaire, la région de Wanaka et ses nombreuses marches qui donnent une vue incroyable, le Mont Cook majestueux, Roturua avec sa culture maorie omniprésente et ses couleurs étonnantes, le Northland et son désert de dunes. Ce pays est tellement varié au niveau des paysages qu’il y en a pour tous les goûts !

Julie-et-Quentin-pendant-le-Tongariro-Crossing

Julie et Quentin pendant le Tongariro Crossing

Le coup de foudre serait surement le lac Tekapo avec sa couleur hors du commun. On se souviendra toujours de notre arrivée au sommet du Mont John qui donne sur le lac. On ne s’attendait pas à une couleur si vive, comme photoshopée. On aurait pu rester des heures à admirer ce lac avec les montagnes jaunies par le soleil autour. Trop beau pour être vrai.

 Quels sont vos projets après le VVT ?

Après le VVT en Nouvelle-Zélande, nous allons passer une semaine à Sydney pour découvrir cette ville mythique d’Australie. Nous ferons un saut d’une journée dans les Blue Montains pour retrouver la nature et admirer ces belles montagnes si le temps le permet. Ensuite nous allons passer deux semaines en Thaïlande avant de rentrer à Lyon en France retrouver notre famille et amis et reprendre une vie normale.

Nous avons rencontré des personnes qui ont enchaîné les VVT et qui sont en voyage depuis des années mais nous avons peur d’être déconnectés de la réalité. Bien sûr, nous continuerons de voyager mais sur des plus courtes durées ! En Europe mais aussi sur d’autres continents, il y a tellement de choses à voir et quand on a commencé on en veut toujours plus ! On est vraiment heureux d’avoir pu vivre ça avant de s’installer vraiment et de fonder une famille car après ce n’est plus pareil. Avoir parcouru un pays de long en large, rencontré ses habitants, goûté à sa culture ce n’est pas donné à tout le monde. Nous n’avons même pas encore visité la France de cette façon !!

Quel message voulez-vous faire passer à tous les futurs voyageurs de Nouvelle-Zélande ?

Ce pays mérite d’être visité !! Oubliez l’Australie, la Nouvelle-Zélande est LA nouvelle destination !! Consacrez au moins deux mois pour visiter le pays mais le mieux c’est bien sûr de s’y rendre avec un VVT et de vraiment prendre le temps de sortir des sentiers battus. Beaucoup de personnes passent à côté de belles choses et ne font que les points phares notés sur les guides. Pour organiser notre voyage, nous avons toujours utilisé plusieurs guides (papier et en ligne) et parcouru les blogs de voyageurs et sites spécialisés pour ne rien laisser de côté. Même si il y a forcément des choses que nous n’avons pas faites évidemment !

Il faut savoir que vous serez dépendant de la météo mais soyez patients, après la pluie vient le beau temps ! Et nous n’avons pas eu tant de pluie que cela finalement ! Renseignez-vous bien sur les formalités avant de partir, faites-vous une liste de matériel, vêtements etc. Ne pas oublier les chaussures de marche, essentielles dans ce pays ! Nous ne sommes pas de grands marcheurs à la base mais ici c’est un vrai plaisir de marcher dans des paysages dignes du Seigneur des Anneaux  et c’est gratuit donc foncez !

Le coût de la vie est similaire à celui de la France donc il ne faut pas négliger le budget mais de toute façon la solution du Wwoofing ou travail rémunéré dans les fruits ou packhouse aide beaucoup et est très courante. Tenez un budget journalier de vos dépenses car nous avons rencontré des voyageurs qui même si ils travaillaient, dépensaient beaucoup dans la nourriture ou boissons et au final ne s’en sortait pas sur le long terme !! Le budget c’est la clef de la réussite de votre voyage. Ne vous dites pas que c’est une chance de voyager de cette façon, tout le monde peut le faire, il faut simplement la saisir et sauter le pas !  🙂

Propos recueillis par Anaïck en Juillet 2015

Pour aller plus loin:

Donnez votre avis, on vous écoute !